Les pieds dans les mâches, les yeux au ciel

Si vous débarquez un peu tôt dans notre ÉcoJardin, vous ne trouverez pas Fabrice dans une serre, non ! Cherchez-le au bout de la planche des mâches, le nez en l’air, les jumelles à la main, concentré sur l’horizon. Car les migrations d’oiseaux ont commencé, et en particulier celle des pigeons. Imaginez de véritables petits nuages constitués de plusieurs centaines d’oiseaux traversant le ciel du nord vers le sud ! Fabrice les compte, méticuleusement, apportant ainsi sa pierre au recensement des oiseaux qui sillonnent notre territoire, en témoin patient d’une biodiversité qu’il faut connaître et aimer pour mieux la protéger.

Vivien arrose la première série de mesclun

Pendant ce temps, au ras du sol, la vie ne s’arrête pas pour autant et Vivien, notre nouveau Wwoofer, en fait l’expérience en croisant plusieurs grenouilles au cours de cette première semaine chez nous. Vivien est originaire de Loraine et avait besoin d’un bon bol d’air. Il nous apporte son aide à différentes récoltes, désherbages et nettoyages de planches de culture. Quand il n’est pas avec nous au jardin, il prend la route et fait le tour de tous les coins sympas de l’Allier.

L’installation des légumes-feuilles en serre se poursuit : la première série de mesclun est plantée et les désinstallations de tomates vont bon train pour faire de la place pour la prochaine série de mâche et de salades. On garde un œil sur les épinards, qui se laissent de nouveau envahir de liseron et on désherbe la planche de salades et persil dans la serre nº1. Sur cette planche, d’ailleurs, on a eu le droit cette semaine à une belle poussée de champignons. Sur un sol vivant, c’est un phénomène tout à fait normal à cette saison. Depuis plus de 18 mois, il absorbe en permanence de la paille et s’enrichit progressivement en matière organique. Son taux d’humus et son humidité le rapproche d’un sol forestier. Dès lors, pas étonnant que les champignons s’y sentent bien et émettent des sporophores en automne.

Les yeux au ciel pour voir les oiseaux, les yeux au sol pour observer les grenouilles et les champignons, il fallait aussi regarder devant soi cette semaine pour s’émerveiller des dernières récoltes de tomates, de concombres et d’aubergines ! Rien que pour ça, on essaie de ne pas trop râler après cette arrière-saison anormalement chaude et désespérément sèche…

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et pour lire les légendes.

2 réponses sur “Les pieds dans les mâches, les yeux au ciel”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *