Semis de carotte sur sol vivant : on vous raconte

Sol vivant oblige, tous nos sols sont couverts. Plus précisément, chez nous, on les recouvre de paille. Ça nourrit le sol et ça limite l’enherbement. Mais du coup, quand on veut semer ses carottes, ça demande un peu d’ingéniosité.

On vous explique tout ça en images (cliquez sur les photos pour les agrandir).

On écarte la paille sur les bords de la planche.
On sème sans soc : les graines sont simplement déposées sur le sol.
Les graines sont visibles à travers la paille.
On dépose une couche de compost propre au dessus des lignes de graines.

Histoire d’éviter que les limaces ne se jettent sur les jeunes plantules de carottes, on sème aussi des radis entre les carottes. Et avec ce que les limaces nous laisse, on peut vous refaire de jolies bottes de radis : ça permet aussi de patienter en attendant que les carottes soient prêtes.

On broie de la paille pour faire de la «menue paille».
On recouvre la planche avec la menue paille.

Rendez-vous dans quelques jours pour voir les carottes sortir…

6 réponses sur “Semis de carotte sur sol vivant : on vous raconte”

  1. Bonjour Denis

    (on ne peut as agrandir les photos sous safari)
    Que faites vous de la paille que vous avez écartée au départ ?
    Quel temps de travail est nécessaire ? Merci !

    1. (bien vu : j’avais oublié de rendre les images cliquables…)
      La paille écartée est laissée sur les bords, ce qui n’est pas un problème : il y en restait peu de l’année dernière (les vers de terre ont bien bossé).
      Pour le temps de travail… on ne s’est pas chronométré mais Fabrice y a passé plusieurs heures. Donc, ça reste à roder. Dans le réseau MSV, il commence à y avoir un consensus autour d’une méthode de semis pour les carottes : semis direct dans une épaisse couche de compost de déchets verts sur toute la planche. C’est plus cher mais c’est plus facile. Et le C/N est plus bas, ce qui est intéressant quand le sol n’est pas encore très riche en matière organique (ça évite les faims d’azote sous le paillage).
      Pour nous, la paille, ça reste intéressant parce que c’est une ressource abondante et qu’on pourrait être amenée à en produire une partie in situ.

    1. Bonjour Isabelle,
      Merci pour tes encouragements ! Est-ce que vous avez un site de votre jardin à vous pour que je vous suive ?
      À bientôt,
      Denis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *