Fleurs de cardamine

Ample florale de cardamine

Cette semaine, les premières floraisons printanières font leur apparition aux Grivauds. Il y a bien sûr les plantes qui profitent de la douceur de nos serres pour accélérer leur développement (comme les pissenlits ou les mourons) et puis il y a celles pour qui c’est l’heure de toute façon. Sur les bords de route qui longent les sous-bois, les perce-neige sont déjà bien visibles. En prenant la peine de se pencher sur les chemins enherbés autour de nos serres, on distingue de minuscules fleurs violacées rayées d’un bleu plus soutenu : la véronique commune (veronica persica). Quelques lamiers pourpres lancent aussi une première floraison. Dans les planches d’épinards (serre nº2), il y a une adventice par laquelle on se laisse attendrir et qu’on ne désherbe (presque) pas : la cardamine hirsute (cardamine hirsuta). Ses petites fleurs blanches, regroupées en grappe, sont typiques des brassicacées avec leurs quatre pétales en croix. Dans la serre nº5, il y a d’autres fleurs de brassicacées mais celles-ci ne sont pas sauvages : c’est une planche de choux chinois, qu’on avait plantés à l’automne dernier pour le mesclun et qui ont monté un peu précocement. Vous retrouverez les photos de toutes ces plantes dans la galerie à la fin de l’article.

 

Puisqu’on vous dit que la nouvelle serre avance !

Bon, me direz-vous, et à part regarder les cardamines fleurir, qu’est-ce que vous avez fait cette semaine ? Plein de belles choses figurez-vous ! On passe sur la récolte d’épinards, où on a du jeter quantité de feuilles atteintes par le mildiou. On passe aussi sur l’avancement de notre chantier «nouvelle serre à plants» ; retenez simplement qu’on a quitté nos champs samedi avec 4 arceaux complètement sur pied ! On passera enfin sur l’arrivée de notre commande de paille déclassée, jeudi. Quatre mois d’attente pour se retrouver avec 24 bottes dans un état douteux, vendues 40% plus cher que l’année dernière. Il est urgent qu’on se mette aux engrais verts, ne serait-ce que pour réduire notre dépendance vis-à-vis de la paille.

Tunnel nantais pour les carottes

On préfère vous parler de notre semis de carottes … en plein champ ! Alors, non, on n’est pas devenus fous, mais on profite que le temps très ensoleillé semble bien vouloir perdurer encore un peu pour hâter la levée sous tunnel nantais. Pour le semis proprement dit, on commence à être rodés. On dé-cache  une planche occultée et on sème directement sur la terre à nue. On recouvre les rangs de terreau et on paille les inter-rangs. Reste ensuite à monter le tunnel et à bien le ficeler pour éviter qu’il ne s’envole à la moindre bourrasque. C’est long mais si ça marche, ça nous fera une grosse planche de carottes pour prendre le relai de celle qui a été semée sous serre à l’automne dernier. Et puis, si jamais la levée prend plus de temps que prévu, pas d’inquiétude : avec notre façon de procéder, on ne craint pas l’enherbement.

Un dernier mot pour vous dire qu’on a repiqué en mottes notre première série de légumes d’été (tomates, poivrons et aubergines). Jusqu’ici tout va bien…

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

3 réponses sur “Fleurs de cardamine”

  1. Ooooh ! J’ai hâte de voir revenir toutes les abeilles et vos photos d’insectes ! Et je dois dire à tout le monde que l’épinard, même avec mildiou, bah, c’est bon quand même !!! ❤❤❤

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *