Il y a un an…

Cette année, le premier semis de carottes est en plein champ. Ici, le tunnel nantais est relevé pour que la pluie vienne mouiller la planche.

Il y a un an, je débarquais aux Grivauds. Je rejoignais Fabrice qui y travaillait déjà depuis six ans et qui menait sa barque contre vents et marées, en navigateur solitaire, opiniâtre et besogneux. Il y a un an, ce qui m’avait sauté aux yeux, c’était déjà cette biodiversité foisonnante qui vous a été décrite dans notre précédent article. Fabrice n’avait alors que quelques mois de recul sur sa pratique dite du «Sol Vivant» et même si l’année avait été très difficile, aucun retour en arrière n’était envisagé.

Il y a un an, jour pour jour, on semait nos carottes de printemps sous serre (cette année, c’est en plein champ, sous tunnel nantais, faute de place…). À regarder les photos, on constate que certaines cultures étaient plus avancées (oignons blancs et mini-blettes), d’autres plus timides (petits pois et choux de printemps). Notre blog nous offre désormais un regard rétrospectif sur notre travail. Ce qui n’était au départ qu’un outil de communication, de récit, de pédagogie, devient maintenant une réserve d’archives !

Consigne donnée à Laurence : quand on ne la verra plus derrière la paille, c’est qu’elle en aura délité assez.

Du fait du long article de Fabrice de la semaine, j’ai presque deux semaines à vous raconter en une seule fois… Faute de temps, je laisserai les photos parler pour moi (voir galerie ci-dessous). Ce qui est à retenir, c’est le retour de Laurence pour une pleine semaine de stage. Dans des conditions climatiques vraiment moyennes, elle nous a aidé au semis de fèves en plein champ : désherbage de potentilles, ouverture des poquets, dépôt des graines et délitage de la paille en vue du paillage (prévu pour la semaine prochaine). C’est un peu grâce à sa présence qu’on s’autorise à se lancer dans un chantier non-programmé : la plantation des rhubarbes, qui attendaient dans leurs pots depuis bien trop longtemps…

Jean-Baptiste et Abricot, à Sorbier

Dimanche dernier, c’est notre collègue Jean-Baptiste, installé à Sorbier, qui nous a invités à visiter sa ferme (le Jardin de la Gare). Pour l’occasion, nous avons assisté à une séance de travail du sol en traction animale. Avec Abricot, un cheval équipé d’une kassine, les buttes pour les oignons ont été montées. Le reste du site vaut aussi le détour : quelques petites serres menées en sol vivant, des arbres fruitiers, des haies et une faune qui n’a rien à envier aux Grivauds !

À la semaine prochaine !

Denis

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

3 réponses sur “Il y a un an…”

  1. Ramsmouth, toujours aussi désinhibée ! Du moment qu’elle ne se vautre pas sans vergogne dans les magnifiques salades ! Et pourquoi staphylin pas content ? 🤣🤣🤣

    1. Bonjour Sylvie ! Oui c’est moi (Denis) qui parle ! J’ai levé l’incertitude en signant l’article, merci pour la remarque.
      Bon, et toi, ça va ? Toujours à la chorale ?

Répondre à Denis Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *