Allier Bio : se rassembler, s’organiser, peser

Quel est le point commun entre nos collègues de Layat (à Trézelle), des Mangetouts (à Saligny-sur-Roudon) et nous (ÉcoJardin des Grivauds) ? «Vous sentez tous la sueur à la fin de la journée ?» Non non, vous n’y êtes pas ! Sachez que nos trois fermes sont adhérentes à Allier Bio ! De même qu’une quarantaine d’autres fermes dans l’Allier. Avec nos journées de travail à rallonge, il est compréhensible qu’on manque d’énergie et de temps pour se structurer en réseau. Et pourtant… Notre agriculture, héritière d’un demi-siècle d’intensification à base de pétrochimie, n’en est qu’au tout début de sa révolution écologique. Si la société civile a une part à jouer dans la mutation de notre production agricole, ceux qui sont concrètement engagés dans des pratiques plus vertueuses sont aux premières loges pour défendre un nouveau modèle. Échanger, se former, confronter les techniques, voilà déjà un premier intérêt à se réunir. Et puis, il y a la promotion de la filière, sa structuration à un échelon local, encourager les conversions, aider les nouvelles installations. Et surtout, défendre les intérêts des agriculteurs bio.

Allier Bio a été créée en 1992. Je vous épargne un certain nombre de vicissitudes mais toujours est-il qu’en 2018, il n’y avait plus qu’une douzaine d’adhérents et l’association était moribonde. Sous l’impulsion d’un petit groupe motivé, l’association a alors commencé à retrouver le chemin de la lumière. Se réunir régulièrement de nouveau, constater le besoin d’une organisation départementale des producteurs bio, faire émerger des pistes de réflexion, tout ça prend du temps. Ceux qui sont passés aux Grivauds ces derniers mois ont pu voir Fabrice s’éclipser fréquemment, que ce soit pour des visio-conférences ou des déplacements. Un tel engagement de sa part aurait-il été possible à l’époque où il était seul à faire tourner la boutique ? Sans doute que non. C’est pour cela que vous ne m’entendrez pas râler en récoltant les haricots en son absence. Car, même si j’avoue avoir du mal encore à sortir du jardin, je soutiens pleinement la cause. Retournons à nos moutons. Allier Bio a reçu l’aide d’une des animatrices de Bio 63, l’association jumelle de la nôtre du côté Puy-de-Dôme. Sous son impulsion, une campagne d’adhésion est relancée et un processus de recrutement pour un(e) salarié(e) est mis sur les rails. Une assemblée générale a été tenue lundi et elle a réuni une trentaine de participants (producteurs, distributeurs, consommateurs, membres de la Chambre d’Agriculture, etc.). La nouvelle salariée (Julie Bourry), tout fraîchement recrutée, est aussi présente. Fabrice en ressort très enthousiaste : «il y a une vraie dynamique et chacun a pris conscience de la nécessité de se réunir de nouveau sur le département.» Les adhésions se poursuivent et il y a encore de la marge ; l’Allier compte tout de même 350 producteurs bio ! Rapidement, l’association doit être en mesure de proposer des formations, des visites, des colloques, de la documentation, etc. Il y a donc du pain sur la planche !

Cécile, ex-wwoofeuse, désormais ouvrière agricole aux Grivauds. Qu’on vienne pas nous dire que l’ascenseur social est en panne ! Notez que pour lui souhaiter la bienvenue, on essaie de l’amadouer avec de gros légumes. Car oui, c’est bien une betterave de 2,4 kg que Cécile vient de récolter ! Notez aussi que si ça continue comme ça, on aura bientôt des légendes de photo plus longues que l’article lui-même. Vraiment n’importe quoi !

Et maintenant, la réponse à la question que tout le monde se pose depuis la semaine dernière : mais qui donc ont-ils employé(e) pour les aider pour les semaines à venir ? Résumons les épisodes précédents. Nous récoltons beaucoup (et en particulier des haricots) et nous faisons de gros marchés en ce moment. Nos wwoofeurs ne nous suffisent plus et nous devons passer à la vitesse supérieure en terme de main d’œuvre. Ajoutons à ça que le wwoofeur qui devait venir cette semaine et qui avait réservé sa place en mai… ne vient tout simplement pas et ne répond plus à ses messages. Bref, cette semaine, si on avait pas pris les mesures qui s’imposent, on aurait été tous seuls et on aurait sans doute passé l’intégralité de la semaine à récolter/préparer les Amaps/préparer le marché de Vichy. Et pendant ce temps-là, les plants traînent dans les caisses et poussent de petits cris lamentables à chaque fois qu’on passe devant : «plantez-nous ! plantez-nous !». L’horreur ! Alors ? Eh bien, on a appelé à l’aide celle qui a gagné le prix de la wwoofeuse la plus déjantée des Grivauds : Cécile ! Elle est déjà venue deux fois nous voir, elle connaît nos cultures par cœur, elle récolte les courgettes comme personne et elle nous fait très souvent rire ! Le CV parfait. On a évidemment une pensée pour Maxime, notre génial saisonnier de printemps, qui débute actuellement sa formation pour devenir maraîcher à son tour et qui est donc indisponible, de fait.

Avons-nous rattrapé notre retard cette semaine ? Non, malheureusement. Nous avons bien réussi à nettoyer deux planches en serre 5 mais nous n’avons planté que 4 caisses de mâches. Et le plant de mesclun est tellement haut que nous allons devoir le tailler avant de le planter… Mais ne désespérons pas : la semaine prochaine, nous serons 4 dans le champ. Car, nous recevrons pour deux semaines une stagiaire qui est déjà passée aux Grivauds en tant que wwoofeuse… Saurez-vous deviner qui ?

À la semaine prochaine !

«Ah non mais c’est pas vrai, ils nous refont le coup du suspens comme la semaine dernière ? Mais quel manque d’imagination !» Oui, bon, écrivez un article par semaine pendant 3 ans et ensuite vous viendrez me donner des leçons d’originalité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *