Questionner le modèle agricole, encore et encore

Récolte de fraises avec Manon, Céline et Adeline. Manon nous certifie qu’elle ne mange que les fraises abîmées…

Il y a des petits hasards qui donne un peu de sel à certaines rencontres. Figurez-vous que Céline, qui effectue son dernier stage aux Grivauds cette semaine, et Manon, notre nouvelle wwoofeuse, se connaissent déjà ! Marche pour le climat, chantiers participatifs, on sent que leur fibre écologique les rapproche. Manon, c’est une graphiste qui va de wwoofing en wwoofing en quête de sens et d’apprentissages. Elle nous pose de nombreuses questions sur notre condition paysanne. Avec elle, on se demande comment notre modèle agricole pourrait sortir de la précarité et gagner en résilience. Et, justement, le projet de Céline est un support de réflexion pertinent. Céline reprend la ferme familiale, aidée de son frère. Sur sa ferme (Ferme du Chapi[1]https://www.lafermeduchapi.com/ ; Et si vous alliez y manger un bout ? Nous, on y songe en tout cas !, dans le Beaujolais), de nombreuses activités agricoles différentes : élevage, grandes cultures (dont des lentilles), légumes et restaurant. Les activités agricoles sont mécanisées, contrairement aux Grivauds. Ce modèle est plus rentable que le nôtre. Par contre, la charge de travail y est tout aussi vertigineuse : les journées sont très longues et les jours de congés sont rares. «Si c’est si peu rentable de produire des légumes, pourquoi le faites-vous alors ?» La question est parfaitement légitime et même Adeline, de retour aux Grivauds pour une nouvelle série de stages, se sent interpelée. Elle aussi ressent l’appel de la terre, l’envie de produire de beaux légumes, dans un cadre riche de biodiversité. Mais s’épuiser à la tâche, ça n’est un objectif pour personne ! Manon nous pousse à nous souvenir de nos motivations profondes, des raisons qui nous ramènent encore et encore à arpenter notre jardin, une caisse de récolte à la main, un plantoir dans l’autre.

Broyage de l’engrais vert

La semaine a été prodigieusement dense et tout avance à grande vitesse. L’engrais vert, notre fabuleux mélange de seigle et de vesce, est broyé, signe que les plantations de choux vont bientôt démarrer. On paille une butte pour des céleris-branches et des fenouils et une autre pour un gros semis de haricots nains. Fabrice se lance dans la plantation des poireaux : une première salve de 1500 est en terre. Des routines se mettent en place sur la ferme : le matin, on récolte et on pollinise les courgettes. Puis on récolte les fraises. Et on emmène tout ça à la bergerie. Le soir, on prend le temps de tailler et palisser nos tomates, qui poussent enfin à une belle vitesse. On profite de l’abondance de main d’œuvre pour chasser les doryphores et pour désherber le blé qui pousse sournoisement dans nos panais. Bref, on ne chôme pas !

Non, vous ne rêvez pas, désormais on roule en merco. L’irrésistible ascension sociale des maraîchers des Grivauds se poursuit.

Autre évènement d’ampleur : mardi, on a troqué enfin notre vieux camion rouge contre un camion bleu un peu plus jeune et un peu plus grand ! Nous voilà endettés de nouveau, mais on a bon espoir que ça nous permettra de gagner en tranquillité. Vous ne pouvez pas vous imaginer le stress que représentait pour nous chaque nouvelle panne. Est-ce réparable ? Est-ce coûteux ? Le camion pourra-t-il être réparé avant la prochaine livraison d’Amap, avant le prochain marché ? Le temps, l’énergie et l’argent que nous allons ainsi économiser nous permettront de nous consacrer pleinement à nos légumes. Et de garder les idées claires pour mieux défendre notre modèle agricole face aux questions de nos stagiaires et de nos wwoofeurs·ses…

À la semaine prochaine !

References

References
1 https://www.lafermeduchapi.com/ ; Et si vous alliez y manger un bout ? Nous, on y songe en tout cas !

Une réponse sur “Questionner le modèle agricole, encore et encore”

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.