Le haricot, star des Grivauds !

10 kg de haricots sur notre stand de Vichy !

Notre première série de haricots mange-tout à rames sous serre avait donné plutôt mollement. Par contre, elle nous avait permis de nous rendre compte à quel point nos clients, que ce soit en Amap ou sur le marché, étaient demandeurs de bons haricots frais. Du coup, on a semé 4 nouvelles planches de mi-juillet à fin-juillet : 2 planches de 60m en plein champ (dont une de haricots beurre) et 2 planches de 30m en serre. Et c’est en ce moment qu’on en récolte les fruits : la première planche donne à plein, les haricots beurre démarrent tout juste et les planches de la serre devraient commencer à produire la semaine prochaine. Il va pleuvoir du haricot aux Grivauds en ce début d’automne ! D’une certaine façon, ça tombe bien pour nous que nos légumes d’hiver soient tous plantés (les derniers radis ont été plantés hier) parce que les haricots, c’est très chronophage ! On va les récolter tous les deux jours pour qu’ils restent bien fins et on y passe de longues heures, courbés sur la culture, à inspecter chaque pied sous toutes ses coutures pour ne rien oublier…

Il y a encore plein de Saint-Pierre à venir !

En dehors des haricots qui jouent les prolongations, les légumes d’été commencent à marquer le pas dans notre grand jardin. Les tomates, les courgettes et les poivrons se raréfient sur les pieds. Encore que, côté tomates, on s’attend à quelques belles récoltes de Saint-Pierre ! Par contre, les Earl of Edge Comb (nos tomates orange), c’est quasiment terminé. Du coup, on est contents de pouvoir compléter les paniers avec nos beaux poireaux d’été et nos scaroles démesurées ! Et sur le marché de Vichy, nos courges prennent désormais la place qui leur est due sur notre beau stand coloré.

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos pour les agrandir et accéder aux légendes.

Ces maraîchers qui mouillent le maillot pour arroser leurs légumes

Denis affronte les terribles rapides de la mare des Grivauds.

Les températures ont chuté cette semaine et vos maraîchers frissonnent dans la clarté laiteuse de ces premiers petits matins d’automne. Par contre, ce qui n’a pas changé, c’est qu’il ne pleut toujours pas. Or depuis quelques jours notre système d’arrosage a un sérieux coup de mou. Pour le remettre en route, on a exploré toutes les pistes : nettoyer tous nos filtres, changer certaines pièces (dont la partie électronique de notre boîtier de commande), remplacer la pompe de la réserve par celle du puits. On a même été jusqu’à repêcher la crépine dans la réserve d’eau pour vérifier qu’elle ne s’était pas envasée. Opération délicate qui nous a demandé d’affréter un bateau pneumatique sur notre petite mare, sous l’œil sceptique de nos grenouilles et de nos tritons. Finalement le changement de pompe nous a permis d’arroser de nouveau nos légumes, avec tout de même un inconvénient de taille : elle s’arrête de manière intempestive, sans crier gare.

Fabrice en pleine récolte des haricots verts

Entre deux coups d’œil méfiants à nos lignes d’arrosage, on trouve tout de même le temps de faire avancer le travail ! Les navets et les premières mâches sont plantés ; le désherbage des fraisiers a (enfin) commencé ; on nettoie les abords de nos serres afin de pouvoir de nouveau les fermer. Et on récolte régulièrement nos haricots fins, qui commencent à donner pas trop mal ; on espère que nos amapiens de Bourbon-Lancy ont apprécié ! Et pendant ce temps-là, les épinards pointent le bout de leurs cotylédons…

À la semaine prochaine, pour de nouvelles aventures !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

À nos wwoofeurs, à nos stagiaires !

Fabrice montre à Fabienne et Aurélie comment récupérer les stolons des fraisiers.

Pour nous, cette semaine marque la fin de la saison pendant laquelle nous accueillons des wwoofeurs. Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’on aura eu des petites mains vraiment géniales tout l’été ! Et on aura fini la saison en beauté en accueillant deux nouvelles wwoofeuses, Fabienne et Aurélie, qui sont venues s’ajouter à Milan, notre wwwoofeur arrivé la semaine dernière, et Laurence, notre stagiaire. Toutes deux sont venues perfectionner leurs connaissances en jardinage dans le cadre naturel et détendu de notre grand écojardin. L’occasion par ailleurs pour Fabienne de confronter à l’épreuve du terrain son projet naissant de conversion vers l’horticulture.

Laurence, fière de sa betterave

Au final, au cours de cette saison, nous avons accueilli aux Grivauds neuf wwoofeurs (Amélie, Vincent, Marie-Madeleine, Thomas, Arnaud, Sarah, Milan, Aurélie et Fabienne) et deux stagiaires (Alexandra et Laurence). Reconnaissons-le : sans eux notre jardin ne serait pas aussi beau et nous aurions bien plus de retard sur nos plantations ! Mais bien plus encore, tous ceux qui s’arrêtent aux Grivauds y apportent une fraîcheur, une énergie, un regard qui nous font énormément de bien et qui nous aident à passer le cap difficile de l’été, où la charge de travail pourrait sinon devenir écrasante. Et puis, on en profite pour faire la promotion de notre technique de sol vivant : nul doute que plus d’un d’entre eux repartiront avec des envies de sols paillés et de gestion des limaces par la biodiversité… Tous ces «coups de main» que nous ont donnés nos wwoofeurs et nos stagiaires nous interpellent : n’y aurait-il pas, à terme, de la place pour un emploi salarié dans notre aventure légumière ? On y réfléchit, en tout cas !

Plantation de choux raves avec Laurence et Milan

Sinon, quoi de neuf dans nos champs ? On continue à planter nos légumes d’hiver : des choux raves, des radis Red Meat et des navets principalement. On nettoie une ancienne planche d’oignons en vue d’y planter des mâches. Et puis, on désherbe ce qui a eu le toupet de traverser notre paille : chardons, rumex, chénopodes, etc. Les récoltes de tomates et de haricots verts vont bon train et on a emmené nos premiers poireaux sur le marché de Vichy samedi… Signe qu’on tient le bon bout, non ?

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Les oignons sont récoltés !

On a de belles pièces dans les oignons rouges !

C’est un peu la fin d’un cycle : les oignons (comme l’ail et l’échalote) sont plantés au début du printemps, se développent jusqu’en été et sont récoltés en août. Ces cultures sont les premières qu’on installe en plein champ ; ce sont donc les premières buttes paillées de l’année. À part un petit déliseronnage en début d’été, aucun désherbage n’a été effectué sur ces buttes, qui sont restées plutôt propres. Par contre, là où les renoncules et les potentilles se sont installées, la récolte est très maigre (voire inexistante). Au final, on a quelques belles pièces mais c’est un peu inégal. Le point positif, c’est qu’on devrait avoir assez d’oignons pour l’hiver (si la conservation est bonne).

Au retour d’une récolte de pommes de terre avec Milan, notre wwoofeur, et Laurence, notre stagiaire et Mi-Roux…

À côté de ça, les plantations ont repris : les derniers choux-fleurs et brocolis (oui, on est un peu en retard), des salades et des scaroles, des navets et des radis. Pour nous aider à planter tout ça, on a de nouveau des petites mains très valeureuses ! Laurence est en stage aux Grivauds pour deux semaines afin de découvrir le métier en vue d’une reconversion vers le maraîchage. Milan, notre wwoofeur du moment, est lui aussi en pleine réflexion sur son avenir et vient chercher un peu d’inspiration au contact de la terre, des plantes et des animaux.

Les blettes ont démarré.

Les blettes ont bien repris, les plants de mâche se développent tranquillement et Fabrice a commencé à désherber un espace sur les anciennes planches d’oignons rouges pour les installer. Ça sent un peu l’automne en plein été… Bon, les belles récoltes de tomates, de courgettes et de haricots nous rappellent que la saison n’est pas terminée. Et ce dimanche, on profitera du fait qu’on a amassé un peu trop de tomates fatiguées dans notre chambre froide pour se faire une grande tournée de sauce tomate !

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Deux Amaps et deux marchés dans la même semaine !

Au camping de Bourbon-Lancy

On ne vous l’avait pas dit la semaine dernière, on s’est ajouté un nouveau lieu de vente jusqu’à la fin de l’été : on est désormais présents le mardi au camping de Bourbon-Lancy ! On y tient un joli petit stand à côté de celui de Laurent, fromager venant de Neuvy-Grandchamp. La piscine est à deux pas, on serait presque tentés d’aller y piquer une tête entre deux ventes de tomates. En plus, ce mardi, c’était le dernier jour de la canicule et le moindre geste nous cuisait sur place.

La séquence pluvieuse de mercredi-jeudi était d’ailleurs très attendue et elle a plutôt tenu ses promesses ! Nos cultures d’hiver ont particulièrement apprécié et on a de la peine à reconnaître nos poireaux ! Bon, la canicule aura tout de même fait des dégâts : on ne compte plus le nombre de tomates qui ont cuit sur pied, les fenouils qui montent sous l’effet du stress, les feuilles brûlées des céleris branches… On se rassure en se disant que le pire est derrière nous.

Récolte de pommes de terre par Arnaud et Sarah

Par tous les temps, Sarah et Arnaud, nos deux vaillants wwoofeurs, nous ont aidé quotidiennement dans nos serres, dans nos champs et … dans notre cuisine ! On leur doit une belle tournée de désherbage en serre, des récoltes de pommes de terre, de fenouils, de tomates et de salades, du palissage, etc. Leurs deux enfants, Matthieu et Yohan, dessinent et font de la musique ; deux choses pour lesquelles on témoigne beaucoup d’intérêt aux Grivauds… Bref, c’était chouette d’avoir eu la petite famille avec nous ces deux semaines : revenez quand vous voulez !

Cathy nous présente l’oriflamme de l’ÉcoJardin des Grivauds.

Et pour finir en beauté, on est retournés sur le marché de Vichy. Mais cette fois-ci, on y a été avec une banderole et une oriflamme toutes neuves, qu’on doit à Cathy Ronget (merci Cathy !). On était tout fiers derrière notre beau stand ! Bon, comme il faut toujours que quelque chose n’aille pas, on s’en est voulus un moment d’avoir oublié de charger des concombres dans le camion (surtout qu’on en avait récolté pas mal cette semaine…). La prochaine fois, ce sera parfait, promis !

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les légendes.

La canicule, même pas peur !

Même en pleine canicule, ils désherbent leurs carottes !

Il faut les voir, vos maraîchers favoris, affronter bravement la chaleur, le chapeau vissé sur la tête, une glacière en bandoulière, le sourire aux lèvres, transportant de lourdes caisses d’aubergine, de concombres ou de tomates ! Bon, certaines variétés de nos tomates supportent moins bien les températures extrêmes que nous et on a déploré de nombreuses brûlures sur nos Prévias (rondes rouges classiques). Et puis, c’est vrai qu’on n’a jamais autant aimé faire des pauses au frais dans la maison…

Sarah et Arnaud, nos wwoofeurs, récoltent l’échalote

N’empêche, le travail avance : les carottes sont désherbées, une nouvelle planche a été paillée, les brocolis sont plantés, les échalotes sont récoltées, la première série de mâche est semée, etc. On doit d’ailleurs une partie de cet avancement à nos deux wwoofeurs du moment, Arnaud et Sarah, qui sont venus en famille passer des vacances productives aux Grivauds, accompagnés de leurs deux enfants, Mathieu et Yohan. Ils alternent les coups de main dans le jardin avec les moments de détente (visites, piscine, festivals, etc.) et leur bonne humeur est communicative ! En plus, Arnaud nous cuisine de délicieux desserts, ce qui ne gâte rien !…

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Ça déménage aux Grivauds !

Semaine intense dans le jardin ! Bon, les précédentes n’étaient pas de tout repos non plus. Mais, là, on s’est un peu démultipliés. Les récoltes vont bon train : courgettes et concombres tous les jours ; tomates, haricots verts et aubergines trois fois par semaine. Sans parler des petites récoltes ponctuelles en fonction des besoins : salades, carottes, betteraves et fenouils. Concernant les tomates, ce qui est nouveau, c’est que la deuxième serre commence à bien donner : on y récolte plein de cornues, de tomates oranges, de roses de Berne et de tomates cerises. Les poivrons sont aussi joliment appétissants.

À travers les feuilles de courge, on aperçoit des jolies butternuts.

Du coup, on manque de temps pour terminer les implantations des légumes d’hiver. Les poireaux sont enfin complètement plantés (ouf) mais les choux attendent depuis bien longtemps dans leurs petites mottes… On surveille de près les cultures déjà en place pour vérifier qu’elles ne souffrent pas trop de la sécheresse qui semble s’installer durablement. On cherche encore une danse de la pluie efficace qui permettrait de mettre un petit coup de fouet à nos courges et à nos choux…

La caravane est de nouveau libre pour les wwoofeurs ! D’ailleurs les prochains (Sarah, Arnaud et leurs enfants) arrivent lundi.

Mais là où la fin de semaine a été délicate, c’est que Denis a dû s’absenter vendredi et samedi pour son déménagement. Car, oui, il quitte enfin définitivement sa caravane pour s’installer dans le bourg avec sa compagne. Or, samedi, on a de nouveau tenu un stand sur le marché de Vichy. Fabrice y est donc allé … tout seul ! Qu’on vous rassure : tout s’est bien passé. Même si le camion de retour contenait plus de tomates qu’on aurait aimé…

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos pour les agrandir et lire les légendes.

La vente à la ferme s’étoffe !

Quelques unes des tomates des Grivauds : Saint-Pierre (rouge), Earl of Edge Comb (jaune) et Alki Blue Blood (indigo).

Saviez-vous que vous pouviez aussi retrouver les légumes de vos maraîchers préférés directement sur notre ferme aux Grivauds ? Il suffit de s’inscrire à notre liste de diffusion (en nous envoyant un mail par exemple). On vous envoie ensuite la liste des légumes de la semaine  et vous venez récupérer votre commande le vendredi soir ou le samedi soir au choix.  Et depuis cette semaine, la liste s’est sérieusement étoffée ! Tomates classiques ou anciennes, aubergines, concombres, courgettes longues ou rondes, pâtissons blancs, choux blancs, salade (au choix), oignons blancs, carottes, persil et basilic. De quoi faire de jolies salades composées ou de belles tartes de légumes.

Plantation de poireaux à travers la paille

Quoi de neuf dans nos champs et nos serres ? On sème de nouveau des haricots en serre (des haricots grains cette fois-ci) et on profite d’un bout de planche libre pour planter une dernière série de basilic. Dehors, c’est le chantier des poireaux d’hiver qui fait un bond de géant ! On avoisine à présent les 8000 poireaux plantés depuis le début de la saison ; on tient le bon bout. Tout le reste a plutôt bonne allure : les betteraves ont remis de belles feuilles vertes, les céleris s’étoffent, les premiers choux d’hiver décollent.

Thomas, notre wwoofer du moment, sème les navets.

Marie-Madeleine, notre wwoofeuse de la semaine dernière, a passé le relais à Thomas, un jeune belge de Bruxelles. C’est un étudiant en philosophie intéressé par l’écologie qui a eu envie de voir concrètement comment fonctionnait une ferme agro-écologique. Ensemble, on sème des légumes d’hiver (radis, navets, rutabagas) et des haricots, on paille, on récolte les tomates, les courgettes et les haricots verts, on retire le liseron des melons… Et faisant fie de la canicule qui s’installe, il nous aide à planter les poireaux tout en gratifiant Denis de longues discussions autour de la radio (une passion qu’ils ont en commun).

Cliquez sur la photo pour voir les carottes

On avait promis de vous parler de notre dernière tentative de semis de carottes cette semaine, à la condition qu’il y ait une belle levée. Eh bien, parlons-en : la levée a été spectaculaire ! Voilà comment on a procédé cette fois-ci (on vous laisse relire l’article qu’on avait déjà consacré à notre premier semis de l’année). Comme les fois précédentes, on a semé les graines directement sur le sol et on les a recouvertes d’une fine couche de compost. Ensuite, au lieu de recouvrir la planche de paille broyée (comme on le faisait précédemment), on a paillé uniquement entre les lignes de semis, afin de laisser le compost apparent. On arrose et on patiente. Avantage de cette technique : les plantules n’ont pas besoin de traverser la paille. Inconvénients : c’est très délicat à pailler et … il n’y a pas que de la carotte qui germe dans les rangs.

À la semaine prochaine !

Cliquez les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Un kilomètre de légumes d’hiver !

La partie de notre champ consacrée aux légumes d’hiver.

Dans la partie de notre champ consacrée aux légumes d’hiver, on a déjà paillé 10 buttes (dont 2 cette semaine, tout de même !). Sachant que chaque butte mesure 110 m, on peut donc se targuer d’avoir planté plus d’un kilomètre de légumes d’hiver ! Parce que c’est ça qui fait que l’été est si prenant pour un maraîcher, c’est qu’il doit préparer son hiver pendant qu’il récolte ses légumes d’été. Poireaux, céleris raves, choux, betteraves, carottes, tout ça s’installe entre début juin et fin juillet. En maraîchage «classique», on travaille son sol, on plante très vite et on passe son été à désherber et à arroser. Pour nous, la plantation est beaucoup plus longue : il faut d’abord pailler et ensuite planter à travers la paille. Par contre, on désherbe très peu, avantage non négligeable. Et les sols sous la paille se dessèchent beaucoup moins que les sols nus : ça limite le stress pour les plantes, même en plein soleil.

Marie-Madeleine nourrit (aussi) les poules.

Côté légumes d’été, ça prend tranquillement son envol : il y a eu des tomates pour nos deux Amaps et pour le marché de samedi (mais pas encore pour la vente à la ferme…), on récolte nos premiers poivrons verts et on est presque contents que les courgettes ne soient pas à plein rendement cet été : les caisses s’accumulent dans la chambre froide plus vite qu’on ne les vide… D’ailleurs, en parlant de récoltes, on en doit une partie non négligeable à Marie-Madeleine, notre wwoofeuse. Toujours aussi volontaire et efficace, elle nous  a accompagné dans tous nos travaux : plantations, récoltes, conditionnement, etc. Et en plus, en cuisine, elle assure : elle connait un millier de recettes de pesto, elle recycle nos fanes de betterave en cake sucré et sa pate feuilletée est délicieuse !

Notre stand sur le marché de Vichy

Histoire de finir la semaine en beauté, on est retournés sur le marché de Vichy ! On a déballé notre stand plein de couleurs et on a croisé les doigts en espérant faire mieux que la fois précédente. Eh bien, au final, on s’en est pas trop mal tiré : on a vendu toutes nos aubergines, presque toutes nos tomates et nos caisses de courgettes ont bien fondu. On a même eu quelques clients qui étaient déjà venus deux semaines plus tôt ! Bon signe, ça, non ?

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Première tournée de tomates

«Quand on ne voit plus la bâche, c’est gagné» explique Fabrice. On y est presque.

On vous a déjà expliqué qu’il était de mauvais goût pour des paysans de ne pas se plaindre du temps. Alors, quand on a vu que notre pluviomètre affichait péniblement 10mm pour l’épisode pluvieux du début de semaine, on s’est sentis un peu floués. Surtout qu’à Digoin, ils ont pris le triple. Du coup, on a rapidement remis en route l’irrigation… Bon, à côté de ça, on est plutôt contents de voir à quel point nos cultures d’hiver profitent du soleil : les betteraves, les céleris raves, les choux blancs et les poireaux démarrent vraiment bien. Et on regarde avec fierté nos courges envahir joyeusement leurs bâches et mettre des fruits partout !

Marie-Madeleine en plein «roulage» de paille.

Cette semaine, ce sont Marie-Madeleine et sa petite troupe qui prennent le relais de Vincent et Amélie. Marie-Madeleine est sur les routes depuis plusieurs mois et va de ferme en ferme pour améliorer ses connaissances en jardinage écologique. On lui doit déjà quelques plantations (dont la fin des betteraves) et quelques récoltes (dont l’ail d’hiver). De son côté, Alexandra a terminé vendredi son deuxième stage chez nous. Elle nous a promis de repasser plus tard dans l’été pour vérifier qu’on a pas laissé crever les artichauts qu’elle a repiqués.

Notre Cornue des Andes : la Jersey Devil

On continue à récolter régulièrement les courgettes, les haricots verts (décidément pas très généreux avec nous cette année), les aubergines et les concombres. Là où on est contents, c’est qu’on a pu livrer une première tournée de tomates jeudi à l’Amap de Dompierre. Celle de Bourbon-Lancy devrait y avoir droit mercredi prochain. Du rouge dans les paniers : on est enfin vraiment en été !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

À la semaine prochaine !