Quand revient la pluie

Quand revient la pluie[1]Environ 40mm cette semaine tout de même !, tout le jardin se met à luire, à briller, comme si on avait installé des lampions pour quelque fête païenne. Tout le monde en profite : les choux, les salades, les poireaux… Tout décolle brutalement et s’envole dans les derniers souffles chauds de l’été. On a envie d’y croire : que les céleris vont grossir, que les choux vont pommer, que les betteraves vont betteraver. On aimerait prendre le temps de s’arrêter et de contempler cette folle croissance. Mais déjà nos routines nous rattrapent : il y a tellement de légumes à récolter ! Les courgettes, les concombres, les haricots, les aubergines, les tomates… Ah, tiens, ça fait longtemps qu’on n’avait pas parlé de tomates… Finalement, avons-nous réussi à vendre l’intégralité de notre production débridée ? Eh bien … non ! Mais, rassurez-vous, on n’est pas restés les deux pieds dans le même sabot.

On a tellement de tomates cette année ! Heureusement, il y a Podarno !

Mercredi, Fabrice a fait un aller-retour à Cusset (près de Vichy), avec, dans le camion, toutes nos vieilles tomates, quelques carottes, quelques oignons et du basilic. Parce que, à Cusset, il y a une conserverie appelée Podarno, où un certain Arnaud prend le temps de faire de la transformation à partir de légumes fournis par les maraîcher·es. L’idée est la suivante : on fournit la matière première et Arnaud fait de la sauce qu’il met en pot. Ensuite, il nous vend ses pots et, nous, on les revend. C’est vraiment providentiel un tel système en période de surplus ! D’autres collègues (dont nos amis de Layat) l’ont sollicité pour leurs excédents de courgettes. On pourrait s’amuser à tout transformer nous-mêmes à la ferme, certes. Mais, on n’est pas tellement équipés pour gérer une telle quantité de légume. Et puis, on est débordés : il faut planter les navets, préparer les serres pour l’automne, récolter les oignons, désherber les poireaux, etc. Et le dimanche, on a juste envie de … ne rien faire et de se reposer. Donc, voilà, Podarno, c’est une excellente solution pour nous ! Merci Arnaud !

De gauche à droite : Mélodie, Charly et Mickaël (ainsi que quelques plants de navets)

L’ambiance est toujours aussi folle à la ferme. La semaine dernière, on accueillait Antoine et Pauline, deux wwoofeurs sur-motivés, en démarche d’installation. On a parlé technique, modèle agricole et légumineuses (et pourquoi pas ?). Cette semaine, c’est le retour de Mickaël, l’un de nos stagiaires de l’année. Souriant et motivé, il nous raconte ses derniers stages. Cette fois-ci, il est accompagné de Mélodie, son amie violoniste, qui nous file elle-aussi un joli coup de main aux récoltes. L’autre gros évènement, c’est le retour de Charly, qui avait été stagiaire chez nous de fin 2020 à mi-2021. Entre temps, il a voyagé en Colombie et a fini par atterrir en Savoie où il fait de la charpente. Un parcours en zig-zag mais toujours tenu par une indéfectible joie de vivre ! Et puis, comme une cerise sur un gâteau (aux pommes), il y a Nel qui revient faire de petits sauts au jardin et au marché de Vichy. Comme toujours, on apprécie ses prises d’initiative, comme celle qui consiste à faire rentrer en urgence les oignons avant qu’ils ne prennent trop la pluie. Tout ce petit monde travaille main dans la main et fait avancer nos chantiers de plantation/semis de navets.

Fabrice arrive encore à gazouiller joyeusement dans le jardin, mais, moi, je vous l’avoue, je pique du nez. J’ai des envies de vacances… Il faut tenir, parce que le travail reste intense au moins jusqu’au changement d’heure (fin octobre). Alors, il faut vous y attendre, je m’autoriserai de temps à autre d’aller me coucher tôt le samedi soir, sans avoir rédigé l’article (sacrilège !). Et, ce lundi, je m’offre un jour de congés, pendant lequel vous risquez de m’entendre ronflouiller gentiment…

Allez, je me dépêche de trier les photos et je me colle au lit !

À la semaine prochaine (peut-être) !

Denis

References

References
1 Environ 40mm cette semaine tout de même !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.