Course à l’échalote en plein soleil

Il fait tellement chaud qu’on est obligés de faire de l’ombre (avec des cagettes) à nos courgettes après repiquage ! Du jamais vu à cette date.

Ce matin, alors que le soleil est déjà levé depuis longtemps, je frissonne dans le vent du nord. Incapable de me réchauffer, je fais le constat que je ne suis pas assez couvert, alors que je porte un pull et une écharpe. Et pourtant, je me souviens avoir travaillé tous les après-midi de cette semaine en tee-shirt et en short (!). Ai-je rêvé cet épisode estival au beau milieu du printemps ? L’étonnante vigueur de nos plantations de printemps vient en soutien de mes souvenirs : oui, le temps a été poussant, ces derniers jours. Mais la parenthèse est déjà terminée et c’est un épisode de froid particulièrement préoccupant qu’on nous prévoit pour la semaine prochaine. En seulement deux jours, on a déjà perdu 12°C sur la maximale (24°C jeudi contre 12°C samedi). Les gelées sont de retour et elles s’annoncent dangereuses pour nos courgettes et nos plants de tomates… Pour couronner le tout, il ne pleut toujours pas ! L’épisode de sécheresse printanière ressemble beaucoup à celui qu’on a connu l’année dernière, pendant le premier confinement.

Le retour du bambou dans les petits pois

Tout autour de moi, je perçois les traces récentes d’une activité intense : il y a eu du boulot d’abattu ! Et pour cause, on était 4 dans les champs ! Car cette semaine, Mathilde, notre stagiaire du moment, a été rejointe par Roman, son compagnon. Ensemble, on plante à tour de bras ! Des oignons, des échalotes, de la salade, des choux rouges, des pommes de terre, des betteraves et … des courgettes ! On paille toujours beaucoup, on désherbe un peu et on trouve même le temps de palisser les petits pois, qui ont bien poussé. Deux lignes d’aspersion sont installées dans le champ pour arroser les oignons. Bref, les choses avancent dans le bon sens !

Par contre, il y a une chose aux Grivauds qui nous tire en arrière, c’est notre camion. Car figurez-vous qu’il est encore en panne ! Impossible de passer les vitesses, alors que la boite de vitesse et l’embrayage sont neufs… On en a franchement marre. Si ça n’est pas réparable, ou si c’est trop cher, il faudra d’abord trouver un véhicule pour emmener nos légumes à Vichy samedi prochain. Et ensuite… eh bien, cette fois-ci, c’est décidé, on va sans doute emprunter pour acheter un nouveau camion. Un incident dont on se serait bien passé à cette période, où nous avons besoin de nous concentrer sur nos plantations…

À la semaine prochaine !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.