La pomme de terre aux Grivauds, c’est simple, c’est bon et c’est pratique !

On pose tout simplement les plants de pommes de terre sur le sol.

Il suffit de laisser traîner ses yeux dans les petits carrés potagers du voisinage pour se rendre compte à quel point la pomme de terre constitue la grammaire de base de tout jardinier qui se respecte. À voir les reflets bleutés de certains pieds, l’impressionnant volume de feuillage et la propreté remarquable des buttes, on se doute que ces belles cultures sont un peu «aidées»… Aux Grivauds, la pomme de terre suit un itinéraire technique des plus sobres : le plant est posé au sol et il est recouvert d’une grosse épaisseur de paille (environ 20t/ha). De cette façon, les pommes de terre se développent à l’interface entre la terre et la paille et la récolte se fait sans avoir à creuser. Attention, si l’épaisseur de paille est trop légère, les pommes de terre risquent de voir la lumière et de verdir. À la saison suivante, le reliquat de paille est important et permet de démarrer tout de suite une nouvelle culture sans repailler. Pratique ! À noter pour cette année, on a essayé une nouvelle variété : l’Allians. Ce sera à vous de nous dire si on a eu raison…

Un insecte inhabituel est repéré et, soudainement, la récolte des petits pois s’interrompt. C’est nous qui avons appris ça à Laurence ? Je ne pense pas…

Cette semaine, on a accueilli Laurence pour sa dernière semaine de stage avant l’obtention de son BPREA. On lui confie quelques récoltes (petits pois, fraises, persil, etc.), elle paille les pommes de terre et elle taille les tomates de main de maître. Elle va beaucoup nous manquer, c’est certain : c’était vraiment très chouette de travailler avec elle. Pas seulement pour l’immense coup de main qu’elle a apporté à nos cultures depuis sa première venue en août dernier, mais aussi pour son énergie débordante, sa curiosité permanente et son amour des plantes. Quelque chose nous dit, cependant, qu’on aura l’occasion de la revoir avant la fin de la saison…

Plantation des salades avec Charlotte

Nous avons aussi le plaisir d’accueillir une nouvelle wwoofeuse cette semaine : Charlotte. Elle nous arrive tout droit des Yvelines, elle est étudiante en commerce et vient aux Grivauds pour un premier contact avec le monde agricole. Paillage, récoltes, palissage, plantations des pommes de terre et des salades, en 3 jours, elle a déjà vu beaucoup de choses ! Il paraît que pour tenir le coup, elle se gave de carottes… Pas de problème : ici, elles sont fraîches et pleines de vitamines.

Je ne veux pas voir un poireau qui dépasse !

Autre gros chantier : les poireaux d’automne sont en cours de repiquage ; préparation des plants et mise en terre des poireaux, c’est du 100% Fabrice cette année, et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’il nous fait ça aux petits oignons ! Admirez la rectitude des rangs, ça c’est de la belle ouvrage ! La pluie de la fin de la semaine vient à point pour parfaire la plantation et devrait permettre à l’ensemble du jardin d’encaisser sans sourciller la vague de chaleur annoncée pour la semaine prochaine.

À la semaine prochaine !

5 réponses sur “La pomme de terre aux Grivauds, c’est simple, c’est bon et c’est pratique !”

  1. Quand je vous dis que la nature est source de création, d’inspiration, de beauté !
    Après Les Amours de Ronsard, La Carotte amoureuse, par le collectif des Grivauds !
    ❤❤❤

  2. Bonjour Voisins…
    20t/ha… ça fait combien de cm au dessus de la pomme de terre ? la paille est « hachée » ?

    l’an dernier on a fait avec 20 cm de paille « entière », on peut faire avec moins ? (Entière en opposition à la paille passée à la tondeuse..)
    On avait fait ça directement sur de la pelouse, et après récolte, la terre est finement travaillée, totalement désherbée… Magique pour créer de nouveaux espaces à cultiver !

    Bel été !

    1. 20 cm de paille, c’est très bien ! Et non, on ne la broie pas avant de l’installer ! Quelle épaisseur il vous en restait à la fin de la saison ? Est-ce que la pelouse n’a pas tenté de traverser la paille ? (Il y a des graminées que ça n’intimide pas…) Vous avez récolté beaucoup de pommes-de-terre au final ?

      1. Hello Denis,
        En fin de saison il restait … peut être 5-6 cm de paille.
        Bien sûr quelques « mauvaises » herbes ont traversé le paillis, mais de façon marginale, avec dessous une terre très ameublie, donc facile à désherber. Quant à la récolte, elle était moyenne. Il s’agissait d’un essai dans un coin, à petite échelle… à reproduire donc pour une étude plus approfondie !
        Bonne continuation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *