Comme un acarien en pleine canicule

Non, vous ne rêvez pas : ça tourne enfin dans les tomates !

On a une bonne et une mauvaise nouvelle à vous annoncer. On commence par laquelle ? La bonne ? Eh bien, figurez-vous qu’il y a enfin des tomates qui changent de couleur sur nos pieds ! Bon, pour l’instant, c’est plutôt une dizaine de courageuses et comme ça fait très peu, on se résoudra, la mort dans l’âme, à les manger nous-mêmes. Les autres devraient suivre dans la foulée. Alors, oui, la saison est tranquillement en retard de deux semaines, conséquence d’un printemps particulièrement froid. Mais, il y a quand même un peu d’été dans nos paniers : les premiers haricots, les premiers aulx, des courgettes, etc. Et notre stand sur le marché de Vichy a vraiment fière allure : fèves, petits pois, blettes blanches et jaunes, courgettes multicolores, carottes, betteraves, oignons, ail, persil. Sans oublier le grand retour de la Merveille de Verano, notre batavia rouge d’été et l’arrivée des imposantes cressonnettes du Maroc.

Serre nº4 : des pieds d’aubergine et de concombres très sévèrement attaqués par les acariens (cliquez pour zoomer). D’autres photos dans la galerie à la fin de l’article.

La mauvaise nouvelle ? C’est qu’on a une serre (la serre nº4 si vous voulez tout savoir) qui se fait envahir d’acariens rouges, les fameux Tétraniques tisserands (Tetranychus urticae). Ça a commencé d’abord dans les aubergines et on a essayé de contenir l’invasion en bassinant (aspersions courtes) très régulièrement les plantations. Et puis, les concombres ont commencé à blanchir et on n’a pas compris qu’il s’agissait de la même bestiole. Et au final, on commence même à avoir des dégâts dans les haricots à rame. Figurez-vous que ces acariens adorent les fortes températures et la sécheresse… Du coup, la canicule les fait ricaner et nous, on grince des dents en voyant les plantes dépérir. Pour les concombres, on se résout à planter une deuxième série dans une autre serre, histoire de couvrir la fin de la saison. Par contre, pour les aubergines, on est très pessimistes…

Florin, Marie et Ellen (leur mère), notre wwoofeuse du moment

Côté wwoofeur, Charlotte nous tire sa révérence mercredi, après quelques magnifiques récoltes… de doryphores ! Et dans la foulée, on reçoit Ellen et ses enfants, Florin et Marie. C’est la première fois qu’on reçoit des wwoofeurs d’un autre pays ! Tous les trois viennent d’Allemagne (Berlin). Ellen et Florin parlent un peu français et quelque chose me dit que Marie ne tardera pas à saisir rapidement quelques brides de nos conversations… Ellen nous accompagne dans nos tâches (récoltes, préparation des paniers, palissage des tomates, etc.) avec une belle vaillance. Samedi, elle règle son réveil sur 5h00 du matin pour emmener sa tribu sur le marché de Vichy pour voir comment se passe l’ambiance côté coulisses. Quand on vous dit qu’on est gâtés avec nos petites mains aux Grivauds !…

À la semaine prochaine !

Une réponse sur “Comme un acarien en pleine canicule”

  1. Mdr ! Ce Mi-Roux, il est impayable ! La canicule n’a pas l’air de l’affaiblir ; toujours coquet, il prend le temps de faire sa toilette méticuleusement. Une vraie star ! 🤣🤣🤣🐱

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *