Des pieds fragiles dans des Sabots d’Argile

Ne comptez pas sur nous pour opposer les micro-fermes et les grosses structures. Nous savons bien que ça n’est pas avec du petit maraîchage hyper-qualitatif que nous réussirons à amener des légumes bio sur toutes les tables. La filière s’enrichit de ces différentes échelles qui se complètent, s’émulent, s’entraident. Dans notre secteur, la plus grosse ferme maraîchère, c’est les Sabots d’Argile, à Marigny. 14 hectares de légumes de pleine terre, 2.3 hectares de serres froides et 3 hectares de prairies pour la faune et la flore auxiliaires. Le tout labellisé bio et Demeter. Et cette ferme vient de déposer le bilan.

De jolis plateaux de 112 mottes, c’est ça qu’on allait chercher un mardi sur deux à Marigny…

C’était devenu un rituel pour Fabrice : toutes les deux semaines, le mardi, il allait leur rendre visite et revenait avec une trentaine de plateaux de mottes fraîchement pressées. L’occasion de discuter avec Alain Regnault, le patron de la ferme ou avec l’un ou l’autre des encadrants du personnel (une vingtaine de salariés tout de même !). Il prenait l’air du temps, parlait boutique ou météo, prenait le pouls d’une filière dont nous ne sommes qu’un tout petit rouage. En plus des plateaux de mottes, les Sabots d’Argile vendait aussi du plan pour les maraîchers et faisait aussi de la revente en demi-gros, histoire d’aider les collègues à compléter leur stand en enrichissant leur gamme. Leur disparation est une mauvaise nouvelle pour l’ensemble des acteurs de la bio en Allier. Nous avons évidemment une pensée affectueuse pour tous ceux qui faisaient vivre cette grosse ferme, les Regnault, les encadrants et tout le personnel. Nous avions apprécié tout particulièrement le témoignage de Clément, un de nos stagiaires de l’année passée, qui y avait travaillé plusieurs mois et qui faisait partager un peu de cet esprit de ruche qui y régnait. En ce qui nous concerne, c’est surtout la question de la production des mottes qu’il va falloir se poser. Acheter une motteuse ? Seuls ou à plusieurs ? Acheter et stocker du terreau ? Où et comment ? Bref, passé l’effarement causé par la mauvaise nouvelle, c’est un nouveau défi qui s’offre à nous et que nous allons devoir relever pendant l’hiver.

Nina et Florian, vaillants wwoofers qui traversent une semaine de grisaille avec le sourire.

En attendant, on ne se laisse pas abattre et on continue de faire vivre nos Grivauds bien-aimés avec une ardeur redoublée. Des plantations, des récoltes, des bâchages pour l’hiver ; de nouveau, ce sont de nombreux chantiers qui ont avancé cette semaine. À la manœuvre, on note la présence de deux nouveaux wwoofeurs : Nina et Florian. Ces deux-là sont kinés et profitent de quelques mois de césure pour filer un coup de main dans les champs. On n’est pas vraiment les premiers à les recevoir et ça se sent : ils sont rapidement à l’aise, connaissent bien leurs légumes et ont déjà plein d’anecdotes jardinières dans leur musette. Comme il fait désormais trop froid pour recevoir dans la caravane, c’est à notre tour (à Sandrine et moi) de recevoir nos précieuses petites mains. Ne le répéter pas à Fabrice, mais on a tiré de nouveau des wwoofeurs qui cuisinent comme ils respirent… Je ne vous décris pas nos repas, ce serait indécent. Bon, Nina est amoureuse de Mi-Roux, ce qui est proprement inconcevable pour nous et Florian place trois citations de Kaamelott par phrase, ce qui donne l’impression de travailler constamment avec Guetenoch et Roparzh. Mais vu comment ils nous ont vaillamment aidés sur le marché de Vichy ce matin, on leur pardonne tout.

À la semaine prochaine !

2 réponses sur “Des pieds fragiles dans des Sabots d’Argile”

  1. Je suis contente pour les patate douce 😉 Et on a une motteuse qui serais ravi de vous aider le temps que vous trouviez une solution pour vos caisses de motte. Je lance l’idée comme ca .. on en rediscute a l’occas 😉

Répondre à ferme de Layat Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *