Vague de froid : on était prêts !

À 8h10, alors que le jour est levé depuis une heure, il fait encore -7°C en serre…

«Denis, as-tu remarqué que les épinards sont plus sucrés après une vague de gel ?» C’est Hélène, notre nouvelle wwoofeuse qui me fait remarquer que la synthèse de sucre est une façon pour les plantes de se préparer au froid : car l’eau sucrée gèle à une température plus basse que l’eau pure. En bon lecteur de Marc-André Sélosse[1]Dont le dernier livre «Goûts et couleurs du monde» traite des tannins. , je savais que les plantes émettaient des tannins appelés anthocyane pour lutter contre le froid. Ce colorant rouge est visible partout dans la nature en ce moment, compte-tenu des températures très basses que nous venons de vivre. On est tout de même descendus en dessous de -7°C, ce qui est un record à cette date !

Conséquence du gel : nos petits pois ont jauni (et même blanchi par endroits).

Aux Grivauds, la problématique du gel en avril devient récurrente. Voire, elle s’accentue. Du coup, on commence à développer aussi nos propres stratégies pour traverser avec sérénité ces dernières vagues de froid de la saison. Bien entendu, il y a des voiles thermiques partout dans nos serres et dans notre champ, ça, c’est le minimum. Ensuite, il y a beaucoup de cultures qui ont été implantées sur toile tissée. Par exemple, 7 planches sur 8 sur bâchées dans les serres 6 et 7 (nos serres d’intersaison). Car sur ce genre de surface sombre, il gèle moins fort que sur de la paille claire et brillante. Si on doit pailler une planche avant avril, alors, soit on couvre la paille avec une toile tissée, soit un broie la paille pour qu’elle soit plus fine, moins épaisse, et qu’elle ne ralentisse pas trop le réchauffement du sol. À quoi on ajoute les tunnels nantais en plein champ pour faire pousser nos épinards et nos carottes. Il y a là un ensemble de dispositifs assez laborieux à mettre en place mais qui sont devenus indispensables pour affronter à la fois les gelées de fin de saison et la lenteur de réchauffement du sol en MSV. Une dernière stratégie que nous avons mis en place consiste tout simplement … à ne plus planter de cultures sensibles avant le 10 avril. On va perdre sans doute en précocité mais on y gagne en stress. Au final, en terme de dégâts, on a surtout perdu des blettes fraîchement implantées et nos petits pois à ramer ont curieusement pâli. Mais on ne perd aucun plant, ni aucune courgette.

Beaucoup de manipulation de voiles thermiques cette semaine. Mathilde, pour sa dernière semaine de stage aux Grivauds, apprend à les rouler rapidement.

Cette semaine, quand on s’approche des serres, on entend de drôles de chants. Et pour cause, notre nouvelle wwoofeuse, Hélène, a décidé de faire chanter en canon notre petite équipe. Mathilde et Roman, qui savent aussi chanter, se frottent eux aussi à l’exercice et le liseron disparaît de nos oignons et de nos carottes au son du «Bruit doux de la pluie» ou du «mighty tree of Yggdrasil». Nos chants du matin nous donnent du courage pour les longs chantiers de semis de printemps : petits pois, pois mangetout et fèves. On dit au revoir à Mathilde et Roman, dont c’était le dernier stage aux Grivauds. On se console en préparant joyeusement les prochaines planches en serre de légumes d’été (haricots, aubergines et poivrons).

À la semaine prochaine !

References

References
1 Dont le dernier livre «Goûts et couleurs du monde» traite des tannins.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.