La vente à la ferme s’étoffe !

Quelques unes des tomates des Grivauds : Saint-Pierre (rouge), Earl of Edge Comb (jaune) et Alki Blue Blood (indigo).

Saviez-vous que vous pouviez aussi retrouver les légumes de vos maraîchers préférés directement sur notre ferme aux Grivauds ? Il suffit de s’inscrire à notre liste de diffusion (en nous envoyant un mail par exemple). On vous envoie ensuite la liste des légumes de la semaine  et vous venez récupérer votre commande le vendredi soir ou le samedi soir au choix.  Et depuis cette semaine, la liste s’est sérieusement étoffée ! Tomates classiques ou anciennes, aubergines, concombres, courgettes longues ou rondes, pâtissons blancs, choux blancs, salade (au choix), oignons blancs, carottes, persil et basilic. De quoi faire de jolies salades composées ou de belles tartes de légumes.

Plantation de poireaux à travers la paille

Quoi de neuf dans nos champs et nos serres ? On sème de nouveau des haricots en serre (des haricots grains cette fois-ci) et on profite d’un bout de planche libre pour planter une dernière série de basilic. Dehors, c’est le chantier des poireaux d’hiver qui fait un bond de géant ! On avoisine à présent les 8000 poireaux plantés depuis le début de la saison ; on tient le bon bout. Tout le reste a plutôt bonne allure : les betteraves ont remis de belles feuilles vertes, les céleris s’étoffent, les premiers choux d’hiver décollent.

Thomas, notre wwoofer du moment, sème les navets.

Marie-Madeleine, notre wwoofeuse de la semaine dernière, a passé le relais à Thomas, un jeune belge de Bruxelles. C’est un étudiant en philosophie intéressé par l’écologie qui a eu envie de voir concrètement comment fonctionnait une ferme agro-écologique. Ensemble, on sème des légumes d’hiver (radis, navets, rutabagas) et des haricots, on paille, on récolte les tomates, les courgettes et les haricots verts, on retire le liseron des melons… Et faisant fie de la canicule qui s’installe, il nous aide à planter les poireaux tout en gratifiant Denis de longues discussions autour de la radio (une passion qu’ils ont en commun).

Cliquez sur la photo pour voir les carottes

On avait promis de vous parler de notre dernière tentative de semis de carottes cette semaine, à la condition qu’il y ait une belle levée. Eh bien, parlons-en : la levée a été spectaculaire ! Voilà comment on a procédé cette fois-ci (on vous laisse relire l’article qu’on avait déjà consacré à notre premier semis de l’année). Comme les fois précédentes, on a semé les graines directement sur le sol et on les a recouvertes d’une fine couche de compost. Ensuite, au lieu de recouvrir la planche de paille broyée (comme on le faisait précédemment), on a paillé uniquement entre les lignes de semis, afin de laisser le compost apparent. On arrose et on patiente. Avantage de cette technique : les plantules n’ont pas besoin de traverser la paille. Inconvénients : c’est très délicat à pailler et … il n’y a pas que de la carotte qui germe dans les rangs.

À la semaine prochaine !

Cliquez les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Un kilomètre de légumes d’hiver !

La partie de notre champ consacrée aux légumes d’hiver.

Dans la partie de notre champ consacrée aux légumes d’hiver, on a déjà paillé 10 buttes (dont 2 cette semaine, tout de même !). Sachant que chaque butte mesure 110 m, on peut donc se targuer d’avoir planté plus d’un kilomètre de légumes d’hiver ! Parce que c’est ça qui fait que l’été est si prenant pour un maraîcher, c’est qu’il doit préparer son hiver pendant qu’il récolte ses légumes d’été. Poireaux, céleris raves, choux, betteraves, carottes, tout ça s’installe entre début juin et fin juillet. En maraîchage «classique», on travaille son sol, on plante très vite et on passe son été à désherber et à arroser. Pour nous, la plantation est beaucoup plus longue : il faut d’abord pailler et ensuite planter à travers la paille. Par contre, on désherbe très peu, avantage non négligeable. Et les sols sous la paille se dessèchent beaucoup moins que les sols nus : ça limite le stress pour les plantes, même en plein soleil.

Marie-Madeleine nourrit (aussi) les poules.

Côté légumes d’été, ça prend tranquillement son envol : il y a eu des tomates pour nos deux Amaps et pour le marché de samedi (mais pas encore pour la vente à la ferme…), on récolte nos premiers poivrons verts et on est presque contents que les courgettes ne soient pas à plein rendement cet été : les caisses s’accumulent dans la chambre froide plus vite qu’on ne les vide… D’ailleurs, en parlant de récoltes, on en doit une partie non négligeable à Marie-Madeleine, notre wwoofeuse. Toujours aussi volontaire et efficace, elle nous  a accompagné dans tous nos travaux : plantations, récoltes, conditionnement, etc. Et en plus, en cuisine, elle assure : elle connait un millier de recettes de pesto, elle recycle nos fanes de betterave en cake sucré et sa pate feuilletée est délicieuse !

Notre stand sur le marché de Vichy

Histoire de finir la semaine en beauté, on est retournés sur le marché de Vichy ! On a déballé notre stand plein de couleurs et on a croisé les doigts en espérant faire mieux que la fois précédente. Eh bien, au final, on s’en est pas trop mal tiré : on a vendu toutes nos aubergines, presque toutes nos tomates et nos caisses de courgettes ont bien fondu. On a même eu quelques clients qui étaient déjà venus deux semaines plus tôt ! Bon signe, ça, non ?

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Première tournée de tomates

«Quand on ne voit plus la bâche, c’est gagné» explique Fabrice. On y est presque.

On vous a déjà expliqué qu’il était de mauvais goût pour des paysans de ne pas se plaindre du temps. Alors, quand on a vu que notre pluviomètre affichait péniblement 10mm pour l’épisode pluvieux du début de semaine, on s’est sentis un peu floués. Surtout qu’à Digoin, ils ont pris le triple. Du coup, on a rapidement remis en route l’irrigation… Bon, à côté de ça, on est plutôt contents de voir à quel point nos cultures d’hiver profitent du soleil : les betteraves, les céleris raves, les choux blancs et les poireaux démarrent vraiment bien. Et on regarde avec fierté nos courges envahir joyeusement leurs bâches et mettre des fruits partout !

Marie-Madeleine en plein «roulage» de paille.

Cette semaine, ce sont Marie-Madeleine et sa petite troupe qui prennent le relais de Vincent et Amélie. Marie-Madeleine est sur les routes depuis plusieurs mois et va de ferme en ferme pour améliorer ses connaissances en jardinage écologique. On lui doit déjà quelques plantations (dont la fin des betteraves) et quelques récoltes (dont l’ail d’hiver). De son côté, Alexandra a terminé vendredi son deuxième stage chez nous. Elle nous a promis de repasser plus tard dans l’été pour vérifier qu’on a pas laissé crever les artichauts qu’elle a repiqués.

Notre Cornue des Andes : la Jersey Devil

On continue à récolter régulièrement les courgettes, les haricots verts (décidément pas très généreux avec nous cette année), les aubergines et les concombres. Là où on est contents, c’est qu’on a pu livrer une première tournée de tomates jeudi à l’Amap de Dompierre. Celle de Bourbon-Lancy devrait y avoir droit mercredi prochain. Du rouge dans les paniers : on est enfin vraiment en été !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

À la semaine prochaine !

Vichy, c’est parti !

On est prêts !

Ce samedi, on a tenu pour la première fois notre stand sur le Grand Marché de Vichy ! On y débarque 3 semaines plus tard que prévu mais on avait des réticences à partir avec un camion presque vide. On a donc concocté un étal très complet avec quelques-uns de nos plus beaux légumes : des courgettes de toutes sortes, des aubergines, des concombres, de beaux choux blancs, 4 variétés de salades différentes, des fèves, de l’oignon, de l’ail, du persil et du basilic. On ressort de cette première expérience fatigués mais plutôt satisfaits : on a été bien accueillis, tant de la part des clients que des confrères déjà installés. Objectivement, on n’a pas vendu autant de légumes qu’on ne l’aurait aimé mais ça viendra avec le temps. Et puis, finalement, on n’a rien mis au compost en rentrant : toutes nos salades ont été vendues !

Amélie, Vincent et Alexandra déliseronnent les oignons.

Heureusement, pour nous accompagner tout au long de cette longue semaine d’été, il y avait du monde dans nos champs ! En plus d’Alexandra, qu’on ne présente plus, on a pu compter sur deux wwoofers : Amélie, qui était déjà passée par les Grivauds un mois plus tôt, et Vincent, voyageur à vélo, qui va de ferme en ferme pour filer un coup de main et qui envisagerait bien de se monter sa petite ferme à lui un jour. Tout ce petit monde nous a permis d’avancer considérablement dans nos plantations (fenouils, choux blancs, betteraves d’hiver, concombres, melons et piments), d’éliminer de nombreuses tâches de liseron et d’accélérer toutes nos récoltes. Et en plus du coup de main qu’ils nous ont apporté, ce sont aussi les discussions, tantôt profondes, tantôt légères, que nous retiendrons de leur passage par chez nous. Merci à tous les deux !

Et pendant ce temps, les courges grossissent, les oignons prennent de l’ampleur, les poireaux plantés la semaine dernière se redressent fièrement…

Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les légendes.

À la semaine prochaine !

Avec un peu de soleil, ça change tout !

Ça rougit dans les tomates !

Une semaine entière de soleil, on n’avait pas vécu ça aux Grivauds depuis octobre 2017 ! C’est dire si on ne l’espérait plus. En tout cas, nos légumes semblaient s’y être préparés et n’attendaient que ça pour démarrer joyeusement ! Les tomates poussent à toute vitesse et mettent du rouge partout, les aubergines grandissent, les haricots verts rattrapent les chayottes dans le jeu du concours de hauteur sous serre, etc. Bref, le moral remonte !

Alexandra au milieu des choux blancs.

Et en plus, on accueille de nouveau Alexandra, qui avait déjà fait un stage chez nous cet hiver et qui rempile pour 3 semaines. Cette semaine, elle nous a aidés à tailler les tomates, planter les poireaux et à récolter nos courgettes, nos oignons, nos choux blancs (dont nous sommes très fiers, d’ailleurs), nos salades et … nos doryphores.

Ce samedi, on a été faire une petite visite sur le Grand Marché de Vichy, histoire de repérer les lieux avant le grand saut. On en est ressortis avec un mélange de trac et d’excitation : c’est très grand, il y a beaucoup de monde mais on n’est pas les premiers à s’y installer pour vendre des légumes… Le marché ouvre à 7h00 pour les clients. Il faudra compter le temps de s’installer, le temps pour y aller (un peu plus d’une heure)… Il va falloir qu’on apprenne à se coucher très tôt le vendredi !

La future planche des betteraves est paillée. Ya plus qu’à, comme on dit !

Bon, on discute, on discute, mais nous on a des betteraves et des choux à planter. Alors on y retourne !

Cliquez sur les images ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Nos tomates nous regardent de haut !

Denis, dépassé par les Datterini

Cette semaine, on a vécu deux évènements importants pour la saison maraîchère. D’abord, on a été dépassés en hauteur par un pied de tomate et ensuite on assiste enfin à un changement de couleur des premiers fruits. Ce sont évidemment nos chères Datterini (tomates cerise rouge) qui nous font ce double honneur. Pour ce qui est de la hauteur, de manière générale, la croissance est au rendez-vous ! Ce qui est d’autant plus remarquable c’est que les pieds grandissent malgré le manque de luminosité qui a persisté toute la semaine. Par contre, pour ce qui est de la maturation des fruits, il faudra quand même attendre le retour du soleil pour que ça se généralise.

Panier du mercredi : fenouils, courgettes, betteraves nouvelles, oignons nouveaux, ail frais, laitue pommée et batavia «Merveille de Verano».

En attendant, la production de courgettes devient plus régulière, on fait nos premières récoltes de concombres et d’ail frais. On est tellement contents de notre panier de la semaine pour l’Amap de Bourbon-Lancy qu’on le prend en photo !

Dans la catégorie plantations de la semaine, on a été surtout occupés par notre deuxième série de poireaux. Ajoutez à ça une pleine ligne de choux de Bruxelles et divers travaux de désherbage, tonte, broyage, etc. et ça nous fait déjà une semaine bien chargée, non ?

À la semaine prochaine !

On a un logo !

Notre nouveau logo

La création du GAEC a été l’occasion de nous offrir un logo qui nous représente. Un logo qui nous permettra de nous identifier facilement, par exemple sur le marché de Vichy. Ce logo a été créé par Catherine Ronget, qu’on remercie chaleureusement pour ce beau travail ! On a choisi d’y donner une place importante à l’un de nos compagnons de route les plus actifs : le ver de terre ! Car c’est lui qui bosse pour nous en aérant la terre et en y incorporant la matière organique qu’on dépose en surface.

Petits pois

Et pendant qu’il travaille sous terre, nous on s’active au dessus ! Et cette semaine encore, on n’a pas chômé ! D’abord, côté récoltes, on est retourné dans nos petits pois, on a trouvé quelques jolis fenouils pour nos amapiens du mercredi et nos premières petites courgettes sont allées à nos amapiens du jeudi. D’ailleurs, en ce qui concerne les courgettes, il semblerait qu’elles aient enfin démarré. Ouf ! Côté plantation, le chantier des céleris raves est presque terminé et on a trouvé le temps de semer 60m de carottes sur 3 rangs. Un peu de désherbage dans les haricots verts et un peu de taille dans les tomates et voilà une nouvelle semaine qui s’achève.

À la faveur des quelques éclaircies qui ont encadré nos pluies quotidiennes, nos légumes d’été commencent à se distinguer : les premiers poivrons sont visibles sous les fleurs, les aubergines mettent des fruits un peu partout, les concombres prennent du volume et les tomates grandissent à chaque fois qu’on a le dos tourné.

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

À la semaine prochaine !

Vive(ment) l’été !

Un poivron enfin en fleur !

Il est de bon ton pour des paysans de se plaindre de la météo. Alors faisons-le. Le printemps (météorologique) est terminé et le bilan est vraiment mauvais. Pas tellement au niveau de la quantité de précipitations, qui est plutôt dans la norme, mais plutôt au niveau de l’ensoleillement qui a été vraiment très problématique. Conséquence : des températures souvent fraîches pour la saison, des plantes qui poussent au ralenti et des sols gorgés d’eau. Les poivrons et les aubergines peinent à décoller, les courgettes continuent de donner des fruits mal-formés, les fleurs des fèves « coulent ». Sans parler de ces champignons qui frappent à la porte de nos tomates et de nos concombres…

Récolte de carottes

N’empêche, on essaye de ne pas se laisser démoraliser et on se démène pour produire de beaux légumes malgré tout. Par exemple, on est plutôt contents de nos paniers de la semaine : les amapiens du mercredi ont eu droit à notre première récolte de petits pois et ceux du jeudi ont pu profiter de nos choux-raves rouges.

Petits pois, bien au chaud dans leurs cosses

Les tomates sont toutes attachées et la plupart a été taillée. On a paillé deux nouvelles planches : une sous serre pour accueillir les melons et l’autre dehors pour des salades et des betteraves. Autre gros chantier terminé : on a planté et paillé 120 mètres de pommes-de-terre nouvelles… Et comme toujours, on vous montre quelques photos de nos légumes en train de pousser !

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes.

Et pendant ce temps-là, les tomates grossissent…

Amélie plante des courges

On s’est quittés un peu vite la semaine dernière et on a terminé notre article en lâchant un gros mot sans vous l’expliquer : wwoofeuse, avions-nous dit en parlant d’une certaine Amélie de passage aux Grivauds. Comme elle était encore là lundi et mardi, il est encore temps pour nous de nous rattraper. Le wwoofing (de l’anglais « World-Wide Opportunities on Organic Farms ») est une pratique répandue à travers le monde entier consistant à recevoir sur sa ferme (bio) des volontaires en échange du gîte et du couvert. Les wwoofers donnent un coup de main dans les cultures et découvrent le monde du maraîchage. Un site internet facilite les échanges entre les volontaires et les paysans et c’est comme ça qu’Amélie s’est retrouvée chez nous. Dans les deux derniers jours de son passage, elle nous a beaucoup aidés dans notre plantation de courges. Elle a aussi participé à un semis de betteraves en mottes. Énergique et curieuse, elle nous a bombardé de questions tout au long de ces quatre jours ! Et puis, de son côté, elle nous a parlé du jardin de ses parents et de ses allers et retours en Afrique. Un chouette échange ! Bref, Amélie, tu reviens quand tu veux !

Les poireaux d’été sont plantés !

Dans la deuxième partie de la semaine, on a terminé plusieurs chantiers urgents : la plantation de courges (il y en avait tout de même près de 450 à planter), la plantation des poireaux d’été et le semis de panais. Bref, on a turbiné !

Et pendant ce temps-là, les tomates grossissent, les fèves fleurissent, la deuxième série de pommes-de-terre nouvelles sort de la paille et les haricots commencent à grimper…

À la semaine prochaine !

Cliquez sur les photos pour les agrandir et pour lire les légendes.

Petite impatience aux Grivauds

Cette semaine, première distribution d’Amap pour la nouvelle saison. Pour celle de Bourbon-Lancy, par exemple, ça a donné : carottes nouvelles, oignons nouveaux, blettes, salades et persil. Un premier panier coloré mais où on note une grande absente : la courgette ! D’habitude, aux Grivauds à cette date-là, elles sont déjà là. Il faut dire que le coup de froid du début de semaine, avec des fortes pluies, des températures ne dépassant pas toujours les 11ºC en journée et une luminosité très réduite, s’ajoute à une saison déjà tardive. On prend notre mal en patience et on surveille les légumes d’été pour vérifier que le mildiou ne vienne pas en rajouter une couche…

La pluie nous a permis de beaucoup faire avancer le travail dans les serres : palissage des tomates, des chayottes et des haricots verts, paillage des courgettes ainsi que divers désherbages. Les photos de la galerie ci-dessous vous montrent l’état actuel des serres et vous présentent l’ensemble des planches installées.

Courgettes plantées en «paillé-bâché»

Au premier rayon de soleil, on a couru reprendre le travail de plein champ : paillage, plantations, bâchage, irrigation. Avec les courgettes, on inaugure une nouvelle technique de plantation : le paillé-bâché. On part d’une planche enherbée qu’on broie au ras du sol. On paille par dessus et on recouvre la paille d’une toile tissée. On fait des trous dans la toile et on y installe nos plants de courgettes. On s’épargne ainsi un désherbage : celui qu’on fait d’habitude avant le paillage.

Amélie, notre wwoofeuse

On termine la semaine en beauté en recevant notre première wwoofeuse de l’année : Amélie, qui nous vient tout droit de Lyon. Elle nous a déjà beaucoup aidé pour des plantations de choux, courgettes et physalis, ainsi que pour le palissage des tomates !

Cliquez sur les photos ci-dessous pour les agrandir et lire les légendes :

À la semaine prochaine !